COMMUNIQUÉ

Le Comité sénatorial permanent des transports et des communications

Les sénateurs ont un aperçu de l’avenir de la conduite automobile à l’Université de l’Alberta

22 septembre 2016


Ottawa – Le mardi 20 septembre 2016, des sénateurs ont visité le Centre pour le transport intelligent de l’Université de l’Alberta, à Edmonton, pour s’informer au sujet des véhicules branchés.

Des membres du Comité sénatorial des transports et des communications ont pu observer directement comment la technologie des véhicules branchés changera radicalement les déplacements des Canadiens.

Des chercheurs du Centre pour le transport intelligent sont à l’avant-garde en matière d’innovation grâce à leurs recherches sur la technologie des véhicules branchés. Cette technologie permet à des véhicules et aux infrastructures routières d’échanger sans fil des renseignements généraux, comme ceux sur la circulation et les conditions météorologiques, ainsi que des renseignements qui pourraient permettre de sauver des vies, notamment des notifications des endroits dangereux et propices aux collisions.

M. Tony Qiu, professeur agrégé au département de génie civil de l’université, qui fait figure d’autorité en matière de technologie de véhicules branchés, a accompagné les sénateurs dans un autobus de la ville d’Edmonton équipé d’un prototype. Un large écran affichait le compte à rebours des feux rouges et verts et le logiciel émettait une alerte audio lorsque l’autobus excédait la limite de vitesse ou suivait une voiture de trop près.

Le comité a appris que cette technologie aura une vaste incidence sur la planification urbaine. Elle contribuera à améliorer la sécurité des transports et à favoriser une utilisation plus efficace du réseau routier. L’installation de l’équipement nécessaire est peu coûteuse, comparativement au coût associé à d’autres méthodes d’atténuation de la congestion, comme l’élargissement de rues et la construction de nouvelles infrastructures.

Des chercheurs ont déjà mis en place cette technologie dans trois artères principales d’Edmonton, offrant ainsi à la ville des installations d’essais qui devraient attirer l’attention des plus grands chercheurs et des principaux fabricants d’automobiles.

C’est le premier aperçu qu’ont les membres du comité sur la technologie des véhicules branchés. Le comité entamera une étude des répercussions de cette technologie au cours du prochain mois, après avoir terminé son étude approfondie du transport du pétrole brut.

Le Sénat prévoit publier un rapport en mars 2017.

Quelques faits

  • Le Centre pour le transport intelligent dirige le volet d’Edmonton du projet de circuits d’essai ACTIVE-AURORA, le premier en son genre au Canada. La ville d’Edmonton, les gouvernements du Canada et de l’Alberta ainsi que les universités de l’Alberta et de la Colombie-Britannique appuient financièrement ce projet.
  • Le 12 septembre 2016, la ville d’Edmonton a lancé l’application SmartTravel, qui met en œuvre la technologie des véhicules branchés. Précisément, cette application fournit des données en temps réel sur la circulation et des indications verbales aux conducteurs qui l’ont installée.

Citations

« Cette technologie est à nos portes. Elle laisse présager des déplacements plus rapides, une diminution des collisions et une planification plus efficace. Il faut cependant s’attarder aux inquiétudes légitimes qu’elle suscite en matière de protection des renseignements personnels. Il est essentiel que nous saisissions l’incidence de cette nouvelle technologie avant qu’elle ne soit utilisée.»

— Sénateur Michael MacDonald, vice-président du comité

« Il ne fait aucun doute que la technologie des véhicules branchés sera très utile pour les Canadiens, probablement à des fins qu’aucun d’entre nous ne peut prévoir. C’est précisément pourquoi notre comité doit se pencher sur cette technologie émergente. Nous devons comprendre comment elle peut nous aider, et à quel prix. J’ai hâte d’en apprendre davantage sur le sujet. »

— Sénateur Terry Mercer, membre du comité

« L’Université de l’Alberta donne une voix à notre province sur les scènes nationale et internationale dans le domaine de l’innovation. Nous sommes honorés que des sénateurs aient pu observer à l’Université de l’Alberta les premiers circuits d’essai de véhicules branchés au Canada dans le cadre de leur étude des répercussions éventuelles des véhicules branchés. »

— David Turpin, président et vice-chancelier de l’Université de l’Alberta

Liens connexes

Pour de plus amples informations, veuillez communiquer avec :

Tony Spears
Chef, Rédaction et relations avec les médias
Sénat du Canada
613-944-4082
tony.spears@sen.parl.gc.ca