S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
NOUVELLES
Des sénateurs écoutent des communautés autochtones de l’Ouest du Canada sur leur perspective quant à une nouvelle relation
13 avril 2018

Des communautés autochtones de l’Ouest du Canada ont accueilli des membres du Comité sénatorial des peuples autochtones alors qu’ils poursuivent leur étude sur une nouvelle relation entre le Canada et les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

En mission d’étude durant la semaine du 19 mars 2018, les sénateurs ont tenu des audiences publiques pour entendre le point de vue de leaders, d’aînés et de jeunes de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba.

« Nous sommes déterminés à améliorer les choses », a déclaré le sénateur Dennis Patterson. « Nos visites nous ont beaucoup inspirés. »

 


Jour 1

Dans la nation Siksika, située le long de la rivière Bow, au sud-est de Calgary, les sénateurs ont entendu les leaders des Nations de la Blackfoot Confederacy, qui représente environ un quart des Premières Nations de l’Alberta.

Les dirigeants communautaires ont parlé de leur résilience et de ce qu’ils ont su accomplir, tel que la création de l’un des premiers bureaux de la protection de l’enfance au Canada à être établi dans une communauté autochtone.

« Il est important que chaque Première Nation soit mieux connue », a dit le chef Joe Weasel Child au comité.

Jour 2

À Buffalo Lake, une communauté métisse au nord-est d’Edmonton, de jeunes étudiants métis ont expliqué aux sénateurs que leur établissement est le seul de la région à ne pas avoir d’école locale.

La présidente du comité, la sénatrice Lillian Eva Dyck, s’est inspirée de l’artisanat local pour une métaphore sur la nécessité de rebâtir la relation du Canada avec les peuples autochtones.

« Lorsque l’on tisse quelque chose, celle-ci devient plus forte », a-t-elle fait remarquer.

Jour 3

Le comité s’est ensuite rendu à l’Île-à-la-Crosse, en Saskatchewan, par la route en gravier qui mène à cette communauté éloignée.

Lorsque cette route est inondée ou fermée en raison de la glace, les habitants se trouvent coincés chez eux.

Il n’en demeure pas moins que cette communauté métisse d’environ 1 200 personnes peut se vanter de son impressionnante usine de traitement du poisson, qui traite jusqu’à 750 000 kilogrammes de poisson par année et compte présentement 17 employés à temps plein.

Les membres du comité ont été accueillis à l’école secondaire de l’endroit, qui offre un programme d’éducation aux adultes. Les sénateurs, remplis de gratitude, se sont vu offrir un repas chaud de ragoût et de pain bannock frit préparé par les étudiants en économie domestique. Si certains ont parlé de projets d’études universitaires, bon nombre d’entre eux ont exprimé le désir de retourner à l’Île‑à‑la‑Crosse afin de préserver un lien avec leur culture et leur langue.

Le maire Duane Favel a déclaré que les résidents de l’endroit « ne savent pas trop quel genre de relation ils devraient avoir avec le gouvernement fédéral ».

Il s’est néanmoins montré optimiste : « Nous avons bon espoir que nous saurons contourner les obstacles qui se dressent devant nous depuis des dizaines d’années. »

Le sénateur Christmas a exprimé son admiration pour les gens de l’Île-à-la-Crosse.

« Je sens la fierté que vous inspirent vos enfants, » a-t-il dit. « Et je vois que ces enfants sont fiers de ce qu’ils sont. »

Jour 4

Le lendemain, les membres du comité ont rencontré des Autochtones détenus au pénitencier de la Saskatchewan, à Prince Albert.

Les détenus autochtones sont inscrits au programme « Pathways », qui vise à fournir un système d’aide adapté à leur culture. Les participants au programme se sont joints aux sénateurs pour une cérémonie de purification à la sauge et ont ensuite raconté leur histoire.

Les Autochtones sont nettement surreprésentés dans le système correctionnel fédéral. Les sénateurs ont pris connaissance des efforts déployés pour y intégrer des éléments de la culture autochtone et la façon dont ces efforts contribuent à améliorer les perspectives de réinsertion des détenus.

Les sénateurs ont ensuite consacré le reste de la journée à s’entretenir avec des membres de la communauté métisse de Prince Albert.

Selon le vice-président du comité, le sénateur Scott Tannas, cette mission d’étude a permis au comité d’examiner de nombreuses questions alors qu’il s’apprête à rédiger son rapport et à formuler ses recommandations et plans d’action qui en découleront.

« Le but du projet est de définir à quoi ressemblerait une nouvelle relation réussie », a déclaré le sénateur Tannas. « Pour réussir, il faut savoir clairement ce que l’on cherche à accomplir. Cela est crucial – non seulement pour les peuples autochtones, mais aussi pour tous les Canadiens. »

À partir de la gauche, les sénateurs Norman Doyle, Dan Christmas, Lilian Eva Dyck, Kim Pate et Scott Tannas visitent le site historique Blackfoot Crossing, en Alberta, où le Traité 7 a été signé en 1877. Dans le cadre de l’étude sur les nouvelles relations entre le Canada et les peuples autochtones, les membres du Comité sénatorial des peuples autochtones ont entrepris une mission d’étude dans l’Ouest du Canada.

Le sénateur Christmas, devant l’œuvre d’un artiste local présentée au centre communautaire de Buffalo Lake, où les membres du comité ont rencontré des gens de la communauté. Le centre récréatif est au cœur des activités de celle-ci.

À partir de la gauche, les sénateurs Dennis Patterson, Scott Tannas, Dan Christmas et Norman Doyle écoutent des dirigeants de l’Île-à-la-Crosse, en Saskatchewan, parler de développement économique local et autonome, dont le potentiel est considérable.

Ceinture fléchée métisse traditionnelle, qui fait partie intégrante des célébrations culturelles métisses et qui se trouve dans la salle des Aînés de l’école secondaire Rossignol à l’Île-à-la-Crosse.

Des sénateurs, dont la sénatrice Lilian Eva Dyck, présidente du comité, et le sénateur Norman Doyle, écoutent des détenus autochtones parler des défis posés par le système carcéral fédéral.

La sénatrice Marilou McPhedran en compagnie d’une personne qui a témoigné lors d’une séance du Comité sénatorial des peuples autochtones à Winnipeg.

 

 

La sénatrice Mary Jane McCallum écoute des spécialistes médicaux discuter du projet de loi C 45 sur la légalisation du cannabis et de ses conséquences possibles sur la santé et le bien être des communautés autochtones.