S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
PERSONNALITÉS
En mémoire de la sénatrice Judith Keating, c.r.
3 août 2021

Malgré le peu de temps qu’elle a passé au service du Sénat, la regrettée sénatrice Judith Keating s’est illustrée grâce à ses importantes contributions dans la Chambre haute et grâce à son bilan extrêmement positif auprès de ses collègues à qui elle manquera profondément, déclarent les sénateurs.

« Nous avons perdu une législatrice exceptionnelle, alors même qu’elle commençait un travail qui était l’aboutissement de son parcours professionnel », déplore le sénateur Colin Deacon.

« Quand je vois la rapidité et la profondeur avec laquelle Judith s’est liée avec nous, je peine à imaginer l’immense tristesse que ressent sa famille. C’est une énorme perte pour eux, mais aussi pour le Canada. »

L’honorable sénatrice Keating est arrivée au Sénat au début de l’année 2020 et a représenté la province du Nouveau-Brunswick pendant un an et demi. Ses collègues sénateurs affirment qu’en plus d’être très estimée au sein du Groupe des sénateurs indépendants (GSI), elle était une experte juridique et constitutionnelle accomplie et une ardente défenseure des résidents de sa province et de l’ensemble des Canadiens.

Elle est décédée le 15 juillet 2021 à Fredericton, à la suite d’une détérioration de son état de santé. Elle avait 64 ans.

Avocate chevronnée ayant occupé différentes fonctions au sein du gouvernement du Nouveau‑Brunswick, la sénatrice Keating est arrivée au Sénat forte d’une grande intelligence et d’une riche expérience, et bien déterminée à améliorer la qualité de vie des Canadiens, ajoutent ses collègues sénateurs.

La sénatrice Keating devant la porte de son bureau au Sénat, flanquée du drapeau du Canada et de celui du Nouveau-Brunswick, la province qu’elle représentait à la Chambre haute. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Keating devant la porte de son bureau au Sénat, flanquée du drapeau du Canada et de celui du Nouveau-Brunswick, la province qu’elle représentait à la Chambre haute. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Judith Keating a été nommée au Sénat du Canada le 31 janvier 2020. Constitutionnaliste accomplie, elle représentait la province du Nouveau-Brunswick dans la Chambre rouge.

La sénatrice Judith Keating a été nommée au Sénat du Canada le 31 janvier 2020. Constitutionnaliste accomplie, elle représentait la province du Nouveau-Brunswick dans la Chambre rouge.

Cérémonie d’assermentation de la sénatrice Keating, qui a eu lieu dans l’édifice du Sénat du Canada le 4 février 2020. Elle avait été escortée dans la Chambre rouge par son parrain, le sénateur Percy Mockler du Nouveau-Brunswick (à gauche) et par le sénateur Marc Gold (à droite), représentant du gouvernement au Sénat.

Cérémonie d’assermentation de la sénatrice Keating, qui a eu lieu dans l’édifice du Sénat du Canada le 4 février 2020. Elle avait été escortée dans la Chambre rouge par son parrain, le sénateur Percy Mockler du Nouveau-Brunswick (à gauche) et par le sénateur Marc Gold (à droite), représentant du gouvernement au Sénat.

Debout, de gauche à droite, le sénateur Marc Gold, le Président du Sénat George J. Furey, le sénateur Percy Mockler, l’ancien greffier du Sénat Richard Denis et l’huissier du bâton noir J. Greg Peters à l’occasion de l’assermentation de la sénatrice Keating, le 4 février 2020.

Debout, de gauche à droite, le sénateur Marc Gold, le Président du Sénat George J. Furey, le sénateur Percy Mockler, l’ancien greffier du Sénat Richard Denis et l’huissier du bâton noir J. Greg Peters à l’occasion de l’assermentation de la sénatrice Keating, le 4 février 2020.

En tant que fonctionnaire, la sénatrice Keating a officié comme première conseillère législative et conseillère juridique en chef du premier ministre du Nouveau-Brunswick. Elle a été la première femme à occuper le poste de sous-ministre de la Justice et sous-procureure générale dans cette province. Elle avait sincèrement à cœur de faire avancer les questions autochtones et elle avait d’ailleurs occupé le poste de présidente du Comité provincial sur la vérité et la réconciliation au Nouveau-Brunswick.

Le sénateur Mockler et la sénatrice Keating partageant un moment ensemble après son assermentation dans la Chambre rouge. (Crédit photo : Bureau du sénateur Mockler)

Lors de sa nomination au Sénat, la sénatrice Keating avait été parrainée par le sénateur Percy Mockler, qui avait travaillé auparavant avec elle lorsqu’il était député de l’assemblée législative et ministre provincial du Nouveau-Brunswick. Elle donnait toujours un avis juste et étayé, se souvient-il.

« Dans le cadre de son travail de conseillère auprès du gouvernement, des décideurs politiques et des politiciens de toutes allégeances, elle traitait tout le monde sur un pied d’égalité, quel que soit le titre de son interlocuteur », précise le sénateur Mockler.

En raison de la pandémie de COVID-19 qui a frappé le pays au début de son mandat, la sénatrice Keating a surtout travaillé à distance, mais, malgré les confinements, elle s’est rapidement mise à l’œuvre, nous raconte la sénatrice Paula Simons.

La sénatrice Keating prenait son travail au Comité sénatorial permanent des transports et des communications « très au sérieux », ajoute la sénatrice Simons, une de ses collègues à ce comité.

« Un de ses principaux chevaux de bataille était de s’assurer que le Nouveau‑Brunswick était toujours desservi par l’autobus, le train et l’avion », évoque la sénatrice Simons.

Le sénateur Brent Cotter, qui a été assermenté au Sénat le même jour que la sénatrice Keating, confie qu’ils sont devenus très vite amis, en plus de siéger ensemble au Comité des affaires juridiques et constitutionnelles du Sénat. Ils collaboraient étroitement au moment où le comité étudiait le projet de loi C-7 visant à modifier la loi sur l’aide médicale à mourir, et ils ont uni leurs forces comme responsables législatifs du GSI pendant le débat sur ce projet de loi.

« Elle ne cessait jamais de se préoccuper des conséquences que les lois et les politiques du gouvernement pouvaient avoir sur chaque individu », ajoute le sénateur Cotter.

La sénatrice Simons et le sénateur Cotter disent avoir le « cœur brisé » quand ils pensent à ce que leur collègue, dont ils pleurent la mort, aurait pu accomplir pour la Chambre haute et pour les Canadiens si sa vie n’avait pas brutalement pris fin.

« Le Sénat du Canada se retrouve privé d’une femme au talent et à l’esprit d’analyse extraordinaires qui aurait pu amener le Sénat à se surpasser, et qui l’a d’ailleurs fait en un très court laps de temps », confie la sénatrice Simons.

« Je suis triste que mon amie n’ait pas pu accomplir tout ce qu’elle souhaitait », déplore le sénateur Cotter.

« Nous avons besoin de plus de personnes comme Judith au Sénat. »

Le Sénat du Canada se retrouve privé d’une femme au talent et à l’esprit d’analyse extraordinaires qui aurait pu amener le Sénat à se surpasser, et qui l’a d’ailleurs fait en un très court laps de temps


La sénatrice Keating ne cessait jamais de se préoccuper des conséquences que les lois et les politiques du gouvernement pouvaient avoir sur chaque individu. Nous avons besoin de plus de personnes comme Judith au Sénat.


Dans le cadre de son travail de conseillère auprès du gouvernement, des décideurs politiques et des politiciens de toutes allégeances, la sénatrice Keating traitait tout le monde sur un pied d’égalité, quel que soit le titre de son interlocuteur.


Nous avons perdu une législatrice exceptionnelle, alors même qu’elle commençait un travail qui était l’aboutissement de son parcours professionnel. Quand je vois la rapidité et la profondeur avec laquelle Judith s’est liée avec nous, je peine à imaginer l’immense tristesse que ressent sa famille. C’est une énorme perte pour eux, mais aussi pour le Canada.

La sénatrice Keating en compagnie de sa famille à Pâques. De gauche à droite : son petit-fils Oliver, son gendre Davie, son petit-fils Wallace, sa fille Stephanie, la sénatrice Keating, sa petite-fille Grace, son fils Mathieu et son petit-fils Harrison. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Keating en compagnie de sa famille à Pâques. De gauche à droite : son petit-fils Oliver, son gendre Davie, son petit-fils Wallace, sa fille Stephanie, la sénatrice Keating, sa petite-fille Grace, son fils Mathieu et son petit-fils Harrison. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Keating adorait les oiseaux — et les animaux en général — d’après sa fille Stephanie. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Keating adorait les oiseaux — et les animaux en général — d’après sa fille Stephanie. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Keating avec sa famille, dans un restaurant à Moncton, au Nouveau-Brunswick. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

La sénatrice Keating avec sa famille, dans un restaurant à Moncton, au Nouveau-Brunswick. (Crédit photo : Bureau de la regrettée sénatrice Keating)

Déclarations à l’occasion du décès de l’honorable sénatrice Judith Keating, c.r.

« Parmi ses nombreuses contributions, on se souviendra de la sénatrice Keating comme d’une défenseure infatigable de l’égalité de statut des langues anglaise et française au Nouveau-Brunswick, du traitement juste et équitable des femmes dans la profession juridique et de la promotion des dossiers autochtones dans le cadre de ses fonctions de présidente du comité provincial sur la vérité et la réconciliation du Nouveau‑Brunswick.

Au nom du Sénat du Canada, je tiens à offrir mes condoléances à toute sa famille, à ses amis et à ses proches. »

L’honorable George J. Furey, c.r.
Président du Sénat

Cliquez ici pour lire la déclaration intégrale du sénateur Furey sur le décès de la sénatrice Keating.

« J’ai été profondément attristé par le décès de la sénatrice du Nouveau‑Brunswick Judith Keating, une avocate et fonctionnaire dévouée dont les efforts ont contribué à promouvoir l’égalité linguistique et la réconciliation avec les peuples autochtones.

J’offre mes condoléances à sa famille, à ses amis et à ses proches. Son absence laissera un vide au Sénat. »

Le sénateur Marc Gold
Représentant du gouvernement au Sénat

« Au nom du caucus conservateur du Sénat, je tiens à offrir mes condoléances à la famille et aux amis de la sénatrice Keating. La sénatrice Keating était une femme extrêmement douée dont le travail a eu des effets durables au Nouveau-Brunswick. Première femme à occuper le poste de sous-procureure générale de la province, elle fut une source d’inspiration pour de nombreuses jeunes femmes. Dans son travail à la Chambre haute, la sénatrice Keating a toujours fait preuve de perspicacité. Nous sommes reconnaissants du temps que la sénatrice Keating a passé au Sénat ainsi que du dévouement dont elle a fait preuve tout au long de sa vie à l’égard de sa communauté.

Nos pensées et nos prières accompagnent ses proches. Que son âme repose en paix. »

Le sénateur Don Plett
Leader de l’opposition au Sénat

« L’honorable Judith Keating a déjà apporté une contribution considérable pendant les 18 mois qui ont suivi sa nomination au Sénat. Assermentée alors que le pays entrait en confinement, elle n’a pas laissé une pandémie l’empêcher de servir son pays. Comme membre du Groupe des sénateurs indépendants, la sénatrice Keating a joué un rôle de premier plan dans l’étude du projet de loi C‑7 (aide médicale à mourir) et du projet de loi C‑3 (Loi sur les juges) et elle a contribué au débat avec vigueur et intelligence. Elle a défendu la cause des femmes et des peuples autochtones et s’est régulièrement exprimée au sujet des questions relatives aux droits des minorités.

Par-dessus tout, la sénatrice Keating était une personne aimable, humble et bienveillante qui a gagné l’admiration et l’affection de son entourage. »

Le sénateur Yuen Pau Woo
Facilitateur du Groupe des sénateurs indépendants

« Je suis triste que Judith n’ait pas pu réaliser pleinement ce qu’elle avait hâte d’accomplir pour laisser sa marque en tant que sénatrice. Elle a consacré sa vie au service de sa province, et nous continuerons de bénéficier de la générosité dont elle a fait preuve grâce à ses contributions dans le milieu juridique, à son engagement à l’égard des droits des Autochtones et à l’inspiration qu’elle a suscitée chez les femmes auprès desquelles elle a agi comme mentor. J’offre mes condoléances à tous ceux qui ont connu et aimé Judith. »

Le sénateur Scott Tannas
Leader du Groupe des sénateurs canadiens

« Nous sommes tous profondément attristés par la disparition de notre amie et collègue, l’honorable Judith Keating, c.r. Elle a consacré sa vie au service public, d’abord dans sa province, le Nouveau‑Brunswick, puis dans cette enceinte en tant que sénatrice. Cette femme perspicace et persévérante a sans aucun doute laissé sa marque au Sénat en peu de temps, et nous devrions tous nous désoler qu’elle n’ait pas eu le temps de mener à bien tout ce qu’elle aurait pu accomplir. Son décès est une perte pour les Néo‑Brunswickois, voire pour tous les Canadiens, et elle nous manquera. »

La sénatrice Jane Cordy
Leader du Groupe progressiste du Sénat