S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
La restauration du patrimoine prend le virage vert à l’édifice du Sénat du Canada
30 novembre 2018
COMMENT & POURQUOI

Cet article fait partie d’une série de textes sur le déménagement du Sénat à l’édifice du Sénat du Canada, auparavant connu sous le nom de Centre de conférences du gouvernement. En 2018, le Sénat a entamé son déménagement au nouvel édifice, une ancienne gare construite en 1912, alors que l’édifice du Centre – l’emplacement permanent du Sénat – sera restauré. Le Sénat commencera à opérer à partir de l’édifice du Sénat du Canada au début de 2019.

Les économies réalisées au profit des contribuables seront d’environ 200 millions de dollars comparativement à la proposition originale qui consistait à réinstaller le Sénat sur la Colline du Parlement. Il est prévu que le Sénat occupe cet emplacement temporaire pendant au moins 10 ans.


La restauration de l’édifice du Sénat du Canada a nécessité la gestion d’un fragile équilibre entre la durabilité et des considérations patrimoniales afin de respecter les normes environnementales Green Globe reconnues à l’échelle internationale.

Les édifices centenaires comme celui-ci présentent un défi en ce qui concerne la durabilité; les architectes se sont concentrés sur les aspects où ils étaient le plus en mesure d’apporter une contribution à la réduction de l’empreinte de carbone de l’édifice.

« Avoir l’occasion de remettre cet édifice en état et de le ramener à la vie est une contribution vraiment importante, ne serait-ce que du point de vue environnemental uniquement », affirme Ralph Wiesbrock, architecte à KWC, qui a supervisé la certification Green Globe de l’édifice.

« La perte d’un tel bien serait vraiment dommage pour notre patrimoine culturel. »

L’énergie, l’environnement intérieur et l’eau

Les murs épais en pierre calcaire et en maçonnerie de briques de l’édifice aident à conserver la chaleur en hiver et la fraîcheur en été. De nouveaux systèmes de chauffage et de refroidissement ont été conçus pour venir compléter cette tendance naturelle à maintenir une température intérieure constante. L’ensemble des systèmes et composantes mécaniques et électriques ont été remplacés par de l’équipement efficace de pointe.

Les lustres originaux de 1912 de l’édifice ont été soigneusement retirés, nettoyés et restaurés avec un nouvel éclairage à DEL et de nouvelles composantes électriques afin d’améliorer leur efficacité énergétique. Les récentes avancées de la technologie DEL permettent aux architectes de conserver la lumière chaude des luminaires d’origine.

La récupération des matériaux originaux – comme ceux que l’on retrouve dans cette porte d’entrée et dans les plaques de marbre qui revêtent les corridors de l’édifice du Sénat du Canada – permet de préserver le patrimoine culturel de l’édifice.

« L’édifice utilise maintenant un système d’automatisation du bâtiment ultramoderne, qui est une version hautement sophistiquée de votre thermostat domestique programmable », indique M. Wiesbrock. « Vous pouvez le baisser un peu tous les soirs et pendant le jour, et le remonter un peu lorsque vous rentrez à la maison à la fin de la journée. »

L’édifice n’utilise pas beaucoup d’eau, mais les architectes ont tout de même réussi à trouver des améliorations possibles : des appareils économes en eau ont été installés dans les cuisines et les toilettes, les eaux pluviales qui étaient simplement rejetées dans le canal Rideau sont maintenant détournées vers des réservoirs de stockage souterrains pour permettre la libération contrôlée dans les égouts pluviaux municipaux, et le système de chauffage et de refroidissement du bâtiment reçoit son approvisionnement en eau chaude et froide de l'usine du district de Cliff Street.

Les matériaux de construction

Les architectes n’ont pas eu carte blanche pour la finition de l’édifice. Des éléments patrimoniaux uniques tels que les planchers de marbre et des piliers de calcaire sont irremplaçables. Cependant, des matériaux provenant de sources durables, telles les cloisons sèches entre les bureaux, ont été utilisés partout où cela était possible.

« Nous sommes en mesure d’obtenir ces produits d’usines de fabrication à Montréal, donc très près d’ici », précise M. Wiesbrock. « Les coûts et les répercussions environnementales liés au transport, entre autres, sont donc réduits. »

La restauration et la réutilisation de matériaux existants ont contribué à limiter les déchets envoyés dans les sites d’enfouissement, avec en prime les caractéristiques patrimoniales de l’édifice qui ont été intégrées aux espaces rénovés.

Tout au long du processus de démolition, ce sont 99 % des matériaux qui ont été détournés de l’enfouissement.

Étude du comité de l’énergie

Les membres du Comité sénatorial de l’Énergie, de l’environnement et des ressources naturelles ont visité l’édifice du Sénat du Canada dans le cadre de leur étude sur l’incidence de l’économie à faible émission de carbone sur les bâtiments au Canada. Le rapport examine les politiques et les solutions technologiques afin d’améliorer l’efficacité énergétique et d’émission des bâtiments neufs et existants.

Au cours de leur visite, les sénateurs ont pu en apprendre davantage sur les défis et les succès du projet de rénovation qui s’est valu trois Green Globes.

« Cette restauration durable est un brillant exemple de ce qui peut être accompli quand la volonté de faire les choses correctement est présente », a affirmé la sénatrice Rosa Galvez, présidente du comité. « Les Canadiens peuvent maintenant constater qu’il vaut vraiment la peine de faire ce genre de changements à la maison. »

Pour lire le rapport, Réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’environnement bâti au Canada.

Cette armoire de bois ressemble peut-être à n’importe quel autre pièce d’ameublement, mais, en fait, elle contribue activement à l’efficacité énergétique de l’édifice du Sénat du Canada. En effet, des éléments mécaniques du système de chauffage et de refroidissement à la fine pointe de la technologie sont cachés à l’intérieur. L’air traité s’élève dans l’armoire puis glisse le long des murs de l’édifice jusqu’aux plafonds en voûte. Cela permet une circulation de l’air optimale tout en conservant le cachet esthétique de l’édifice.

À partir de la gauche : Les membres du Comité sénatorial de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, les sénateurs et sénatrices Paul J. Massicotte, Mary Jane McCallum, la présidente du comité, Rosa Galvez, Jane Cordy et Dennis Patterson, visitent l’édifice du Sénat du Canada pour apprendre comment cet édifice patrimonial répond aux normes de durabilité Green Globe. La visite s’inscrivait dans le cadre de leur étude sur l’incidence qu’aura la transition vers une économie à faible émission de carbone sur les bâtiments au Canada.

Les sénatrices Cordy et Galvez admirent la nouvelle Chambre du Sénat, conçue pour une efficacité énergétique optimale.

La gestionnaire de projet de Services publics et Approvisionnement Canada, Misty Campbell, à gauche, explique certaines caractéristiques d’efficacité énergétique de la nouvelle salle de lecture du Sénat au sénateur Patterson, et aux sénatrices Cordy, Galvez et McCallum. Les constructeurs ont utilisé des fenêtres avec un indice de rétention de chaleur élevé ainsi que du noyer provenant de sources durables perforé de minuscules trous pour absorber le bruit.

Les sénateurs Patterson et Massicotte admirent la vue à l’intersection de la rue Rideau et de la promenade Sussex à travers les fenêtres conçues pour couper les courants d’air et conserver l’air traité, optimisant ainsi le système de chauffage et de refroidissement de l’édifice du Sénat du Canada.