S'il vous plaît activez Javascript
Aller au contenu
Le discours du Trône marque la reprise des travaux parlementaires
2 décembre 2019
COMMENT & POURQUOI

À l’ouverture d’une session du Parlement, tous les regards sont tournés vers la Chambre rouge où prend place une tradition très ancienne.

Le premier point inscrit à l’ordre du jour avant que les parlementaires puissent amorcer leurs travaux — rédiger et examiner des projets de loi, débattre différents enjeux et tenir des votes — est le discours du Trône, une tradition empruntée au système parlementaire britannique.

Le discours du Trône est lu dans la Chambre du Sénat et il fait partie intégrante de l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire. Il a lieu après une élection, ou lorsque les travaux parlementaires reprennent à la suite d’une prorogation. (Aucun discours du Trône n’a lieu après un ajournement des travaux ou une pause parlementaire.)

 

 

Cette cérémonie solennelle et formelle est présidée par le gouverneur général, qui représente le monarque au Canada. Les anciens ministres du Cabinet et les juges de la Cour suprême y assistent.

Le Président du Sénat ordonne à l'huissier du bâton noir — le messager de la reine au Parlement — de se rendre à la Chambre des communes pour convoquer les députés au Sénat pour le discours du Trône. Cependant, ils ne peuvent pas entrer dans la Chambre du Sénat; ils doivent demeurer derrière la barre en laiton située à l’entrée de la Chambre. Cette barre marque les limites de la Chambre du Sénat, et le respect de cette limite représente l’importance pour les deux chambres de préserver leur indépendance. Un seul député —généralement le premier ministre pour le discours du Trône — franchit la barre pour accompagner le représentant de la reine pendant son séjour au Parlement.

Le gouverneur général lit habituellement le discours. Cependant, la reine Élisabeth II l’a lu deux fois dans le passé — le 14 octobre 1957 et le 18 octobre 1977. Le discours permet au gouvernement d’annoncer son programme pour la prochaine session parlementaire. Donc, même si le discours est lu par le gouverneur général, c’est le Cabinet du premier ministre qui le rédige.

L’ouverture d’une nouvelle session parlementaire nécessite une proclamation du gouverneur général. Les sénateurs ou les députés n’ont pas le pouvoir d’enclencher une session parlementaire par eux-mêmes. La proclamation fixe la date à laquelle le Parlement reprendra ses travaux.

Étant donné que l'édifice du Centre fait l’objet d’importantes rénovations, la gouverneure générale Julie Payette lira le discours du Trône dans l'édifice du Sénat du Canada — la demeure temporaire du Sénat — pour la première fois en 2019